Grand Paris Express : une réalisation indispensable pour notre développement économique

Bien que seule une petite partie de la Seine-et-Marne soit directement concernée par le Grand Paris Express, notre Chambre soutient depuis le début, avec la CCI de région Paris Ile-de-France, la réalisation globale du Grand Paris Express. Le report à 2030, voire 2040, de réalisation de cette infrastructure préconisé par le rapport Auzannet remettrait gravement en cause un levier indispensable à l’expansion économique de la région et au développement des entreprises.

 

Parce qu’il y a urgence économique en termes d’activité, d’emploi et d’attractivité, les CCI de la région Paris-Ile-de-France demandent :

  • le respect des délais initialement prévus en 2025 ;
  • l’examen des modalités de financement pour rechercher de nouveaux leviers afin de ne pas alourdir encore la fiscalité qui pèse sur les entreprises.

 Le respect des délais

Le rapport de la mission sur le calendrier pluriannuel de réalisation et de financement du projet de Grand Paris Express, remis à la Ministre de l’égalité des territoires et du logement en décembre dernier, propose de repousser à 2030, voire à 2040, la réalisation du métro automatique du Grand Paris Express. Or, ce projet est le levier indispensable à l’expansion de la région Ile-de-France et à la cohésion de ses territoires.

Aux côtés de la CCI de Région Paris-Ile-de-France, la CCI Seine-et-Marne réaffirme la nécessité de respecter les délais initialement prévus. En effet, la réalisation globale du Grand Paris Express d’ici à 2025 doit faire du projet du Grand Paris un véritable accélérateur de croissance aux plans métropolitain et national, avec un réseau de transport qui génèrera des retombées économiques importantes en termes d’activité et d’emploi.

Par ailleurs, la mise en place du métro automatique doit garantir l’ambition du Grand Paris et sa cohérence à l’échelle régionale avec le développement des grands territoires stratégiques (Roissy, Cité Descartes notamment pour la Seine-et-Marne), le lancement des contrats de développement territorial et la réalisation des objectifs de production de logements.

Un financement du coût additionnel à revoir

Dès lors que cela génèrerait des coûts supplémentaires, repousser le calendrier de réalisation entraînerait une réelle dégradation de la compétitivité et de l’attractivité de l’Ile-de-France. Les lacunes en termes de desserte des grands équipements structurants, au premier rang desquels les aéroports internationaux, pénaliseraient particulièrement l’activité économique.

Nous appelons par ailleurs à examiner les modalités de financement liées au coût additionnel de 9,4 milliards d’euros du projet évalué dans le rapport, en tenant compte des effets négatifs engendrés par une réalisation trop échelonnée dans le temps.

Toute nouvelle hausse fiscale pèserait sur les entreprises, enrayant là encore la compétitivité et l’attractivité de notre région et de notre département. Il est possible de rechercher de nouveaux leviers pour le financement du Grand Paris Express, que ce soit, par exemple, du côté de la valorisation foncière ou d’une révision de la tarification.

L’ensemble du projet du Grand Paris Express doit être réalisé intégralement et dans le respect des délais, dans l’intérêt de notre développement économique. Nous serons bien entendu moteurs dans ce combat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.