Des infrastructures de transport de qualité, condition du développement économique de la Seine-et-Marne

Nous avons tous subi à un moment donné les embouteillages de la Francilienne ou autre voie très encombrée de Seine-et-Marne. Nous avons tous pesté contre ces causes de retard à des rendez-vous professionnels importants, du temps perdu par nos collaborateurs et du coût ainsi occasionné pour nos entreprises. Oui, l’existence d’infrastructures et de services de transport performants est une condition essentielle à la croissance de l’économie de notre département et à l’aménagement de notre territoire !

 

La Seine-et-Marne dispose d’infrastructures de qualité, mais qui s’avèrent déjà saturées, alors que l’essor tant démographique qu’économique va se poursuivre dans les années à venir, engendrant autant de nouveaux besoins de déplacements.

Des études d’infrastructures pour trouver des solutions pérennes, adaptées aux besoins des usagers, financièrement responsables

Notre CCI a donc souhaité apporter sa contribution à l’élaboration de solutions d’avenir en initiant 4 études des performances économiques et naturelles générées par la réalisation possible d’infrastructures adaptées aux spécificités du département. Les résultats que nous venons d’obtenir montrent la pertinence et la rentabilité de 2 projets, qui permettraient la réalisation de TCSP (Transport en Commun en Site Propre), connectés aux réalisations du Grand Paris et ainsi une bonne irrigation du département, répondant aux besoins immédiats des citoyens comme de développement des entreprises. Ces 2 projets sont les suivants :

–      la 4ème voie rapide multimodale d’Île-de-France reliant l’A1, A.4, A.5 et l’A6,

–      le projet délargissement de la Francilienne entre l’A1 et l’A6.

Le résultat de ces études est particulièrement intéressant puisqu’il démontre un temps de retour, grâce à l’accroissement de valeur généré sous contrainte des hypothèses retenues, de un peu plus de 2 ans pour la 4ème voie rapide multimodale d’Île-de-France, reliant l’A1 à l’A6, et de un peu moins de 2 ans pour l’aménagement de la Francilienne entre l’A1 et l’A6.

Par ces études, notre CCI a joué son rôle d’expert économique, de porte-parole des besoins des entreprises au service du développement économique de notre département. Vous retrouverez dans notre MagÉco de mai 2013 une première présentation de ces études.

Nous appelons à la mobilisation des acteurs du département pour la réalisation de ces infrastructures

Notre souhait aujourd’hui est de mettre le résultat de ces travaux à la disposition de tous les acteurs souhaitant contribuer à une vision partagée de l’amélioration des infrastructures de transport dans le département.

Nous proposons d’unir toutes les compétences pour porter ces projets, en vue de leur inscription au Schéma National des Infrastructures et au Contrat de Projet État-Région.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.